Les activités extractives au Congo-Brazzaville, des espoirs de l'émergence aux désillusions du mal-développement.
Mathilde Joncheray  1, 2@  
1 : Laboratoire Population-Environnement-Développement  (LPED)  -  Site web
Institut de recherche pour le développement [IRD], Université de Provence - Aix-Marseille I
Université de Provence - case 10 - 3 place Victor Hugo - 13331 Marseille Cedex 3 -  France
2 : Passages
CNRS : UMR5319, Université de Pau et des Pays de l'Adour [UPPA]

Tout comme dans de grands nombres de pays d'Afrique, le Congo-Brazzaville a connu depuis les années 2000 une foison de projets de développement miniers, encouragés par la hausse des cours des matières premières et la mise en place de nouveaux codes miniers. Dans un contexte de post-conflit, ces projets ont suscité de nombreux espoirs de la part de la population, et ont été largement utilisés par le pouvoir en place pour légitimer son action.

Mais, entre nouvelles modalités de développement territorial et social, volatilité des cours des matières premières et crises politiques, l'extraction minière est loin de constituer le parangon du développement qu'elle semblait être.


e
Personnes connectées : 1