Foncier et environnement, entre contraintes et adaptations : le cas de la commune de Dassa au Bénin
Thibault Boughedada  1@  
1 : Centre dÉtudes et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales
Université de Lille, Droit et Santé, Centre National de la Recherche Scientifique : UMR8026

Nous nous proposons de contribuer à ce panel en appréhendant le cas de la commune de Dassa-Zoumé, Département des Collines, au Bénin. Ce territoire accueille de nombreuses terres cultivables, concernées par des évolutions juridiques (recomposition du cadre légal lié au Code foncier et domanial voté en 2013 et qui se juxtapose aux droits coutumiers), mais aussi et surtout par des transformations des pratiques sociales rurales liées à l'influence des pressions environnementales (évolution des régimes pluviométriques, dégradation des sols). Cette communication prendra appui sur l'étude de terrain que nous avons débuté en Avril et Mai 2016, que nous avons poursuivie en Juin 2017, et que nous reprenons de Mars à Mai 2018. Nous considérons le foncier comme un élément structurant de la relation homme/nature, qui reflète une conception du monde anthropocentrée. L'utilisation des sols permet de mettre en valeur les conditions du renouvellement des ressources naturelles confrontées aux objectifs locaux du développement économique et social. Le foncier est aussi un support qui met en scène les modalités de gestion des ressources pastorales, agraires et halieutiques. C'est donc le support de la ressource qui fait l'objet de nos recherches et qui sera la ligne conductrice de cette communication. Le contexte démographique, les transformations écologiques et socio-économiques remettent en cause la gestion traditionnelle de l'homme sur son milieu naturel. L'homme pâtit dans cette région d'une compétition exacerbée pour l'accès aux ressources, génératrice de conflits et d'un déficit de régulation. L'idée selon laquelle « la terre appartient à celui qui la met en valeur » relève de cet esprit foncier, pensé en termes de rapport physique ou d'investissement matériel, et corrélé à un usage exclusivement agraire de la terre. Mais une dimension essentielle va jouer sur la dynamique foncière : l'état de la ressource.

Nous présenterons dans un premier temps l'état de la ressource sur ce territoire, afin de mieux appréhender les conséquences de sa mise en tension, que ce soit la terre, l'eau ou le pâturage. Ici, nous insisterons sur l'aménagement du territoire de l'espace communal et sur les contraintes environnementales rencontrées, en insistant sur la connaissance du risque par les populations. La présentation de ces ressources agraires permettra de montrer dans un second temps les différents régimes de maîtrise d'espaces selon leurs spécificités (espaces dégradés ou non, désertification, point de tension démographique, présence d'un marché foncier actif ou non etc.) et de présenter les stratégies locales d'adaptation à ces évolutions. Ces terres concernent à la fois des espaces agricoles, forestiers ou de zones humides, qui connaissent des changements de représentation et d'affection d'usages (gestion conjointe du foncier et du forestier, zones humides, ambiguïté concernant les droits de propriété ...).


e
Personnes connectées : 1