L'évolution des lieux peuplés en Afrique du Nord, entre dynamiques territoriales et changements qualitatifs de l'information disponible
Rémi Pascal  1@  
1 : UMR ESPACE
Université d\'Avignon et des Pays de Vaucluse

À travers l'étude des lieux peuplés et leur évolution, à partir des données démographiques, il sera envisagé de distinguer l'apport d'information grâce à l'étude statistique et cartographique, de l'apport d'information simplement dû à l'évolution de la qualité des données (disponibilité, fréquence, précision et étendue des recensements...). Cette distinction est nécessaire pour une étude sur un tel espace, où les données diffèrent en fonction des Etats et des périodes. Si l'on a tendance à souvent regrouper les pays nord-africains car ils possèdent tous – au moins en partie – une façade méditerranéenne, un climat relativement homogène, une religion dominante, une étude à l'échelle de l'ensemble des lieux habités révèlera parfois bien plus de différences que de points communs entre tous ces territoires.

L'intérêt d'une telle étude est d'apporter un autre rouage à la compréhension des phénomènes urbains. En effet, quand de nombreux travaux ont une tendance au gigantisme et au regroupement, à travers l'étude des métropoles par exemple, celle-ci ciblera de plus fins objets, urbains mais aussi ruraux, pour ensuite améliorer la connaissance globale des dynamiques urbaines nord-africaines.

Dans un premier temps, il sera nécessaire de faire un point sur les données démographiques puis les enjeux qu'elles révèlent. En effet, lorsque l'on souhaite travailler sur des comparaisons à l'échelle de l'Afrique du Nord, plusieurs problèmes surviennent. Il sera donc question de montrer en quoi les différents recensements (dates, fréquences, étendue et échelle spatiale), mais aussi les différentes définitions administratives des objets géographiques habités, et enfin l'hétérogénéité de la disponibilité des données, surtout passées, rendent difficiles les comparaisons inter-étatiques en Afrique du Nord. Il s'agira, après avoir exposé plusieurs réponses à ce premier questionnement, de mener une étude afin d'observer si l'évolution de la disponibilité des données provient de l'évolution des recensements, ou bien d'une réelle création de nouveaux lieux habités ? En effet, si l'on observe bien souvent que l'amélioration des données démographiques est très souvent corrélée avec la création ou la pérennité d'un institut statistique, elle peut aussi être modifiée en fonction du contexte historique.

Enfin, l'ensemble des résultats seront rendus sous forme cartographique. Ils permettront de mettre en avant, visuellement, l'impact de l'évolution de la donnée démographique, tout en le corrélant à l'évolution de la connaissance de cet espace. La cartographie, diachronique quand cela sera possible, viendra éclairer les déséquilibres territoriaux à plusieurs échelles, entre l'urbain et le rural, mais aussi entre les Etats eux-mêmes. En partant de tous les lieux habités, il sera possible de remonter vers des dynamiques intra-agglomération, pour aller vers une connaissance renforcée des dynamiques inhérentes à l'ensemble du système de peuplement nord-africain.


e
Personnes connectées : 1